Sélectionner une page

La communication a un coût mais point trop n’en faut, votre e-réputation peut s’accommoder d’une pub bien sentie

Nous le savons à présent, faire appel à des professionnels pour gérer sa communication et établir son e-réputation est chose fréquente et des plus judicieuses qui soient. Vous aurez compris que, si vous ne disposez pas du temps ni des moyens nécessaires à bien tout gérer de front, ils sont là pour vous faciliter la tâche. La plupart du temps c’est à moindre coût, leur job est de s’assurer au fur et à mesure sur vos besoins des améliorations à y apporter sans trop affecter votre budget.

Ce que nous allons tenter de cerner pour vous, par le biais d’exemples éprouvés, c’est où commence l’investissement et quand il peut s’arrêter. Dans la même optique vont être abordés les publicités et leurs bienfaits… tout autant que leurs effets néfastes quand, par le plus malencontreux des hasards, celles-ci peuvent vous apporter mauvaise presse. Nous espérons vous épargner une perte conséquente et inutile, en bref et selon le terme consacré vous éviter de jeter l’argent par les fenêtres.

L’argent judicieusement investi : L’une des premières démarches que vous aurez mise en place est de vous être assuré les services d’un rédacteur spécialisé SEO pour alimenter votre trafic Google. Ceci fait partie des placements sur le long terme sachant que, quel que soit le temps qu’aura duré sa prestation celui-ci vous garantira un retour sur investissement. Exemple vous lui commandez 1 article par jour, histoire d’être bien présent sur le terrain. Vos clients auront ainsi régulièrement de vos nouvelles, condition sine qua none au référencement, par le biais d’articles structurés, informatifs et même parfois ludiques.

Si vous ayez établi une entente au jour le jour, ouvrable ou calendaire, vous investissez dans un maximum de contenus de qualité (de 264 à 365 l’an selon votre accord). Leur impact continuera bien après que, pour des raisons X ou Y, vous aurez décidé d’y mettre fin. Sur Internet rien ne se perd, si votre collaboration s’installe dirons-nous sur un an, vous continuerez à bénéficier d’un retour année après année. Si on ne saurait parler d’investissement dans ce cas précis, c’est tout bénéfice niveau rentabilité sur le nombre de client désormais acquis à votre cause.

Avec Facebook il en va de même : Si vous avez investi sur la qualité de présentation de votre page, dans la publicité qui lui aura été faite, ces actions auront joué un rôle primordial dans votre e-réputation. Vous avez eu recours à une agence pour ce faire quelle importance, votre argent continuera indirectement à faire des petits ! Comme avec le prestataire qui vous aura concocté des articles aux petits oignons, ceux-ci auront de par leur participation eu à cœur de bien assoir votre notoriété.

Une page créée à votre image, un blog qui est à 100% le reflet de tout ce que vous avez à proposer, tout cela vous aura assuré un nombre conséquent de fans. Ceci étant bien posé, il n’en faut pas plus pour qu’en aval le bouche à oreille digital continue à faire son job. Votre budget pub aura une fois de plus été bien investi, vous voici désormais assuré d’un caractère bien affirmé, qui ne s’éteindra pas avec l’arrêt de la collaboration.

Quand l’investissement est à fonds perdus : Là où le bât blesse c’est quand votre pub se fait par le truchement de supports papier ou par voix de la radio et télévisée. Un adage résume fort bien cet état « Les paroles s’envolent mais les écrits restent ! » Désormais la seconde partie s’applique aux articles diffusés sur le Web, car il va sans dire que personne ne laisse ses pubs s’entasser ad vitam aeternam (sauf celles atteintes du syndrome de Diogène).

En attendant vous avez investi des centaines d’euros chaque mois dans un magazine, si le mois d’après vous n’y apparaissez plus vous risquez fort de tomber rapidement dans le domaine de l’oubli. N’imaginez pas qu’un lecteur va s’amuser à vous rechercher dans les numéros précédents, s’il ne vous y trouve pas il passera au suivant et basta ! Surtout quand on considère que sur Google la plupart ne vont pas au-delà de la première page qui s’affiche, au mieux il jettera un œil sur la seconde.

Là où le principe tourne à la prise d’otage : Quand on en est au point de se trouver piégés par les médias, où le système est « Plus tu payes, mieux tu seras vu ! » c’est que quelque chose a foiré. Ne vous faites aucune illusion, cessez de régler le moindre centime et on ne vous fera plus paraître, les lecteurs auront alors tôt fait de vous oublier. Nous ne pouvons donc en aucune façon parler ici d’investissement publicitaire, c’est une perte sèche que vous allez enregistrer et elle risque fort de vous rester en travers de la gorge.

Afin de bien comprendre la différence, prenons le cas d’un placement immobilier : Tous les mois vous payez pour un emprunt, une fois que celui-ci a été intégralement remboursé vous êtes quitte. Le bien vous appartient à 100% et vous jouirez de cet investissement tant que vous vivrez. Pour la pub c’est kif-kif : Soit vous avez réfléchi et décidé d’en devenir propriétaire, auquel cas vous récolterez les bénéfices de votre investissement durant les mois à suive… soit vous avez réfléchi comme un locataire, donc à fonds perdus, et continuerez durant des lustres à dépenser votre argent dans les magazines, salons, pubs radio ou télé etc.

Quand la publicité se retourne contre vous : C’est  la situation la plus l’aberrante qui soit et pourtant ça arrive, quand vous avez dépensé des fortunes c’est d’autant inacceptable. Certains médias ne s’embarrassent pas d’une éthique qui leur fait souvent défaut, il serait pourtant judicieux d’avoir à votre disposition un moyen de contrecarrer un commentaire négatif. Dans la mesure où depuis quelques mois les clients ont la possibilité de déposer un avis sur la page de votre entreprise. Donc gare à votre patrimoine s’il n’est pas positif, car vous n’aurez dans ce cas aucune emprise sur son contenu.

Si celui-ci n’est pas conforme aux prestations que vous fournissez habituellement, mis à part vous fendre d’un mail en guise de réponse voire d’excuses c’est râpé. Ce qui est plutôt paradoxal car ces prestataires sont des entreprises, au même titre que vous, et que c’est leur gagne-pain. Au moindre manquement, même dû à un fait totalement indépendant de votre volonté et sur lequel vous n’avez pas eu d’emprise, vous le paierez cash ! Votre réputation peut se voir à jamais ternie, et vous n’aurez aucun moyen de réparer le tort qui vous sera causé.

Une réputation peut rapidement être défaite : Nous avons l’exemple d’un restaurateur qui débourse 378 € HT/mois, pour une prestation sur qui il ne peut exercer aucun contrôle. Des circonstances malencontreuses ont fait que la soirée à thème, pour laquelle il s’était énormément investi, a rapidement tourné au fiasco. Le sort était contre lui et il a joué de malchance : Un chauffage qui tombe en panne en plein hiver, auquel s’ajoute l’arrivée inopinée d’un bébé pour le cuisinier en chef et ce fut la galère… Les plats sont arrivés en retard, pas vraiment conformes à ceux servis habituellement et pour cause, etc.

Ce soir particulièrement la ”Loi de Murphy, emmerdement maximum” est entrée en œuvre ! Sans la moindre maitrise sur les retours qui ont suivi, sa renommée a grandement souffert d’une exception qui somme toute n’a fait que confirmer la règle. C’est pénalisant, des plus injuste et pourtant le résultat est là : 7 mauvais commentaires plus tard, sur une seule et unique soirée, lui ont plombé son e-réputation. Si au moins il avait pu supprimer les commentaires, ce qui est d’usage avec certaines agences, mais non ! C’est vous en conviendrez très cher payer.

Plusieurs cas de figure vous ont gracieusement été présentés, afin de vous aider à faire le distinguo entre l’argent investi à bon escient et celui que vous dépenserez finalement en pure perte. Moralité, réfléchissez y à deux fois avant de choisir votre pub !